mar

Aujourd'hui nous sommes le mardi 26 octobre 2021. C'est la fête de Saint Dimitri


Facebook

Home » Trucmucheries » L'Actu de la semaine 6 septembre 2021
 

L'Actu de la semaine 6 septembre 2021

 

Jean-Luc Cornec recycle des téléphones pour créer d'adorables moutons !

Bien avant l’apogée de la tendance zéro-déchet et du recyclage en France, l’artiste breton Jean-Luc Cornec s’intéressait déjà à cette thématique. En roi de la récupération, il a conservé une multitude de téléphones à cadrans auxquels il se propose de donner une seconde vie dès le début des années 2010, en constituant avec ces « vieux objets » de jeunes troupeaux de moutons. Bien que l’artiste ajoute que le bêlement du mouton s’apparente à une sonnerie de téléphone au ralenti, il revient rapidement sur la question de l’unicité opposée à la série, que l’animal semble incarner.                                


Les troupeaux de Jean-Luc Cornec nous invitent donc à réfléchir à notre individualité et peut-être même à questionner notre rapport à la technologie et aux smartphones pour davantage nous recentrer sur notre unicité.

Ces mecs sont dingues
Retour au sommet pour Alain Robert. Ce mardi, le charismatique grimpeur, connu sous le pseudo de « Spider-Man français », a escaladé à mains nues les 187 m de la tour Total Énergies, dans le quartier d’affaires de La Défense. Une prouesse que le grimpeur de 60 ans n’a, cette fois, pas effectuée seul. Trois de ses disciples l’ont accompagné dans cette spectaculaire ascension : Léo Urban, 28 ans, Alexis Landot, 22 ans et le Polonais Marcin Banot, 33 ans. Du jamais-vu.

Une petite heure aura suffi au Spider-Man français et à ses jeunes acolytes pour grimper la face nord du gratte-ciel avant d’être interpellés et placés en garde à vue pour mise en danger de la vie d’autrui. Le tout sous les yeux ébahis des habitués du quartier d’affaires. « J’ai d’abord cru qu’il s’agissait de laveurs de vitres, glisse l’un d’eux. Ces mecs sont dingues, mais franchement, quelle prouesse ! » Le grimpeur de 60 ans a fait un retour fracassant à La Défense.

Une prouesse qu’Alain Robert a tenue à associer à la lutte contre le passe sanitaire, envers lequel il se montre très critique. « On voudrait aussi rendre hommage à Belmondo, glisse-t-il enfin. Un acteur qui faisait lui-même toutes ses cascades. »

Le premier bar à anchois de France a ouvert à Collioure

Capitale de l’anchois, Collioure (Pyrénées-Orientales) compte désormais un resto dédié à cette spécialité. Où l’on propose uniquement des plats à base de ce poisson salé… De l’entrée au dessert !

« Si vous aimez les anchois, c’est le paradis ! » sourit Rémy Desclaux. Le premier bar à anchois de France a ouvert à Collioure cet été. Tenu par la famille Desclaux, spécialiste de père en fils depuis 1903 dans sa boutique du centre-ville, l’établissement propose une douzaine de plats à base du fameux poisson salé : « Nous avons voulu nous diversifier pour faire découvrir ce produit et casser les codes ! » confie Rémy, le gérant du restaurant. Les clients pourront ainsi apprécier aussi bien un sushi, qu’une burrata ou même une mousse au chocolat… revisités à l’anchois ! « Le but est de surprendre mais aussi de faire aimer ce poisson au plus grand nombre… » confie le patron.

Installé dans la capitale de l’anchois, son restaurant joue la carte locale à 100 % : « Tous nos vins sont de Collioure (pour les secs) ou de Balnyus (pour les doux). Les légumes viennent de chez la voisine, et le pain de la boulangerie dans la rue. Même notre chef, qui cuisine les plats avec les anchois que nous lui fournissons, est de Collioure ! »

Une des spécialités de l’établissement : le fish and ships, où l’on a remplacé le traditionnel cabillaud par l’anchois. De quoi, selon le restaurateur, convaincre même les plus réticents : « Je mets quiconque au défi de ne pas aimer ça ! ».

L'astronaute, Thomas Pesquet, aux commandes de la Dictée géante

Si vous voulez tester votre orthographe avec un professeur hors du commun, rendez-vous ce dimanche, à 15 heures, au musée de l’Air. Le spationaute,Thomas Pesquet, lira, dans une vidéo enregistrée depuis l’espace, un texte tiré d’un livre de Marguerite Duras, « Un barrage contre le Pacifique », qu’il a choisi pour la Dictée géante. L’événement est gratuit.

Acheter ou louer ? C’est la grande question

Dois-je rester locataire ou franchir le pas et entrer dans le club des 58 % de Français propriétaires de leur logement ?

Dans 22 des 36 plus grandes communes de France, il faut ainsi moins de trois ans aux néopropriétaires pour que leur choix de ne pas être resté locataire soit gagnant.

La 8e édition de l’étude « Acheter ou louer » de Meilleurstaux.com, que nous dévoilons en exclusivité, va vous donner les clés pour faire votre choix. Le courtier s’est basé sur un logement de 70 m2 et a tenu compte, pour l’achat, du prix au m2, de la taxe foncière et des charges moyennes par m2. Pour la location, il a considéré le montant des loyers et du rendement de l’argent placé qui aurait été consacré à l’apport personnel dans le cas d’une acquisition.

Sur les 36 villes étudiées, l’achat de la résidence principale devient en moyenne plus rentable que la location au bout de cinq ans et huit mois en moyenne. En clair, si vous revendez votre bien avant cette échéance, vous aurez perdu de l’argent.  Cette durée relativement courte a tout de même presque doublé (+ 2 ans et 3 mois) par rapport à 2020. « C’est une augmentation moyenne qui s’explique par le fait que, dans certaines villes, les prix de l’immobilier ont énormément augmenté, alors que les montants des loyers n’ont pratiquement pas bougé ».

Les appartements rétrécissent

Le rétrécissement des pièces fait qu’on confond cuisine et salon. Les cuisines ont diminué en raison de l’évolution de nos modes de vie : en ville, on peut aller au restaurant, se faire livrer les repas… Concernant la chambre, on peut aussi se dire que si la pièce à vivre est suffisamment grande, pas besoin que l’espace nuit soit conséquent. Mais la pandémie a eu un effet crash-test sur nos logements. On s’est rendu compte qu’ils pouvaient avoir d’autres usages. Qu’il n’était pas idiot, en raison du télétravail, de pouvoir installer un bureau dans sa chambre par exemple. Les salles de bains ont gagné 1 mètre carré avec l’application des normes PMR (Personne à Mobilité Réduite) et 80 % des plans disposent d’un espace extérieur, mais leur taille baisse. Près de 62 % des balcons ont une profondeur inférieure à 1,50 mètre, ce qui permet difficilement d’y installer une table par exemple. On manque cruellement de rangements dans le bâti de ces vingt dernières années.

Articles and information from www.leparisien.fr