mar

Aujourd'hui nous sommes le mercredi 1er decembre 2021. C'est la fête de Sainte Florence


Facebook

Home » Petites nouvelles » Il marche dans le vide
 

Il marche dans le vide

Tightrope walk Eiffel Tower to Palais de Chaillot

 

« Heureusement, il n’est pas tombé » : Il a marché dans le vide entre la Tour Eiffel et le Palais de Chaillot

A l’occasion des Journées du Patrimoine, Nathan Paulin, un jeune homme de 27 ans, a réussi son pari ce samedi, sous le regard admiratif de centaines de badauds qui l’ont applaudi.
Il l’avait déjà fait en 2017 pour le Téléthon. Il n’empêche. Nathan Paulin a osé de nouveau réaliser la traversée entre la tour Eiffel et le Palais de Chaillot… sur un fil, à l’occasion des Journées du Patrimoine. « Pour faire quelque chose de beau et le partager », lâche le Français de 27 ans, désarmant de simplicité, après son exploit à 70 m de hauteur avec sous les pieds une simple sangle de 2,5 cm d’épaisseur.

Une marche en équilibre sur 670 m entre le monument emblématique de la capitale et le bâtiment de la place du Trocadéro. Habitué à ces performances à la fois sportives et artistiques, le beau gosse, petite marinière et jean, a déjà traversé un immense espace entre deux tours de la Défense, est un habitué des montagnes et de la très haute altitude. Pourtant le plus surprenant chez ce garçon d’1,97 m qui a fait de marcher sur un fil son métier, c’est… qu’il avait peur du vide. « Oui, et ce n’était pas évident au début, sourit-il. D’ailleurs, la première fois que j’ai marché au-dessus du vide, je n’ai pas aimé du tout, se souvient-il. Puis j’en ai fait au ras du sol, j’ai gagné en confiance et y ai pris goût. »

Photo: Le funambule a parcouru quelque 600 m sous les yeux de spectateurs ébahis, n'hésitant pas à se coucher ou à s'asseoir pendant son parcours. LP/Olivier Arandel

Au point parfois d’en faire un show comme ce week-end. « C’était une traversée un peu spectacle très longue de plus de 600 m, il ne fallait pas que je traîne trop, confie-t-il. Quand je me suis couché ou assis en pleine traversée, cela n’était pas pour me reposer, ce sont juste des pas répétés avec un chorégraphe. Je le fais quand je suis en montagne pour prendre la mesure du lieu, pour me connecter à l’environnement. Et là, à chaque fois, j’entendais les gens réagir, c’était génial. »

Sur la place du Trocadéro, noire de monde, des centaines de badauds avaient fait le déplacement pour admirer le spectacle. « On savait qu’il y avait un funambule et je me suis laissée tenter, je n’ai pas été déçue, C’était magnifique et ma grande crainte ne s’est pas produite… Heureusement, il n’est pas tombé ! Je n’avais pas du tout envie de voir un homme mourir sous mes yeux », soufflait Sandrine venue du Val-de-Marne pour l’occasion. L’exercice est moins dangereux qu’il n’y paraît. « Je n’ai pris aucun risque, je suis attaché. Si je tombe, cela ne me fera rien », rassure l’athlète, qui a évolué sous les yeux de spectateurs inattendus : les manifestants d’un rassemblement contre le passe sanitaire à l’appel de Florian Philippot. « Au moins, ici, on n’en a pas besoin », glissait un quinqua, emmitouflé dans son drapeau français sur les épaules.

Pour ceux qui voudraient assister de nouveau à l’expérience, Nathan Paulin remonte sur son fil ce dimanche à 15 heures. « Je suis prêt à recommencer. Et je suis heureux car j’aurai sûrement moins de stress pour la deuxième fois, donc j’en profiterai un peu plus. C’était moins facile que je pensais. J’avais tenté d’imaginer ce que serait la traversée mais y être enfin c’est différent. J’avais beaucoup de pression en marchant avec tout ce monde autour. Je suis content d’être arrivé. Et surtout la vue était géniale. »

Par Marie Poussel et Sylvain Merle  www.leparisien.fr